La Fédération Dyspraxique Mais Fantastique invite les DYS à l'Elysée !

Entre le 24 juin et le 30 septembre 2015, nous recommençons l’opération lettre au Président de la République.

Le but est de :

  • dénoncer ou de témoigner tous ensembles, des difficultés pour obtenir la mise en place et l'application des PAI et PPS à l'école.
  • dénoncer les mauvaises volontés, le manque de moyens, d’aides, d’AVS, de formation des enseignant et intervenants, les effets négatifs sur les enfants… l’indifférence de certains directeurs d’écoles et certains enseignants…
  • témoigner des besoins, des manques, des mauvaises prises en charge, des classes surchargées, des problèmes avec la MDPH…De tous les problèmes que vous rencontrez.

En cette fin d’année scolaire, faites le bilan de l’année de votre enfant !

Qui est concerné : tous les enfants différents, souffrant d’un trouble DYS, mais aussi ceux souffrant d’un autre handicap (TDA/H, hyperactivité, autisme, précocité, et tous autres handicaps ou maladies).

Toutes personnes voulant se joindre à cette action seront les bienvenues.

Il suffit juste d’envoyer un email au président de la République pour lui expliquer qu’il est inacceptable que ces enfants (vos enfants, petits-enfants, nièces, neveux, cousins, amis… ) n’obtiennent pas le soutien et l’aide nécessaire à la réussite de leur scolarité, que leurs difficultés ne soient pas prises en compte et ils soient dans la souffrance, et entre parfois dans la dépression ou la sous-estime d’eux-mêmes…

 

Envoyez votre email à : http://www.elysee.fr/ecrire/

Ou Ecrivez à :

  • Monsieur le Président de la République
  • Palais de l'Elysée
  • 55, rue du faubourg Saint-Honoré
  • 75008 Paris

(L’envoi est gratuit, ne pas timbrer l'enveloppe)

Merci de nous mettre en copie (ou nous transférer vos témoignages sur notre mail) :fdmftemoignages@gmail.com

Les témoignages recueillis sont disponibles dans le rubrique Témoignages.

0
0
0
s2smodern

La Fédération suit et soutient depuis 2013 une famille adhérente du 44 dans son action en justice contre la Maison Départemental des Personnes Handicapées.

En effet, nombreux sont les enfant dys qui, pour toute ou partie de leur scolarité, ont besoin d'une dispense dans une ou plusieurs matières.

La famille a obtenu gain de cause, par deux fois au TCI (Tribunal du Contentieux et de l'Incapacité) sur sa demande, à savoir qu'il appartient à la MDPH, dans ces fonctions, de se prononcer sur la nécessité ou non d'une dispense partielle ou totale d'enseignement d'une matière en raison du handicap de l'enfant. 

Cependant, la MDPH de Loire Atlantique a fait appel devant la CNITAAT (Cour Nationale de l'Incapacité et de la Tarification de l'Assurance des Accidents du Travail).

Le 22 avril 2015, la CNITAAT a confirmé le jugement du TCI du 13 octobre 2013, réfutant l'argument de la MDPH selon lequel, la dispense partielle ou totale d'enseignement d'une matière en raison du handicap de l'enfant dépendrait de l'Education Nationale.

L'Education Nationale n'est en effet pas compétente en matière de handicap, cette décision est donc bien du ressort de la MDPH.

Le délai d'appel étant révolu, la famille a eu confirmation du non pourvoi en cassation de la MDPH. Le jugement du 22 avril est donc définitif.

 

0
0
0
s2smodern

Fin 2014 DMF a été reçu au ministère de l’Éducation nationale

Par l’intermédiaire et accompagnées du Docteur Caroline Huron, membre d’honneur de FDMF, trois membres de la fédération ont été reçus au cabinet de Madame Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l'enseignement  supérieur  et  de  la  recherche,  par  Madame Valérie  Delestre,  chargée  de  mission handicap, Monsieur Arnaud Flanquard,  conseiller santé et sports, ainsi que Monsieur  Keller, représentant du numérique à l’école.

La fédération est intervenue pour faire part de son inquiétude sur le recul de la loi de 2005 en raison de  la  mise  en  place  des dispositifs  (GEVA-Sco,  aménagements  scolaires  ou d’examen, l’orientation, le PAP) sur le terrain, qui semblent perdre de vue l’esprit de la loi.

A la suite de cet entretien, nous avons laissé un dossier traitant des différents points abordés.

 

Concernant le GEVA-Sco, Mme Delestre nous a confirmé:

  • qu’une 2ème version tenant compte des modifications demandées par les associations, était à disposition des ERH dès cette rentrée 2014.
  • que le GEVA-SCO n’était pas à signer par les parents.
  • qu’un nouveau manuel serait édité par la CNSA pour une meilleure compréhension de tousles acteurs concernés,
  • que son utilisation doit être effective dans tous lesdépartements.

Concernant les aménagements ou dispenses, Mme Delestre a rappelé le rôle de la MDPH,mais nous a informée de la sortie prochaine d’un décret précisant la nécessité pour lesfamilles, de faire valider les éventuelles dispenses préconisées par la MDPH auprès durectorat. Les familles devront également signer une décharge les informant qu’une dispensed’enseignement ne donnepas droit forcément à une dispense d’épreuve. Cette décharge les informera de leur responsabilité si leur enfant était refusé dans une filière du fait d’une dispense.

 

Concernant l’orientation, Mme Delestre nous a assuré que les élèves avec reconnaissance de handicap bénéficiaient déjà d’un bonus (points supplémentaires) lors de leur inscription pour les vœux d’orientation dans le système AFFELNET.

 

Enfin, pour le PAP, Mme Delestre a été catégorique. D’aucune façon, ce dispositif ne peut s’appliquer dans le cas d’un élève dyspraxique, ni venir remplacer un PPS existant. Ce dispositif permet de rassembler toutes les appellations PAI TSL ? PAI Dys, etc… sous un même nom de PAP. Il permet aussi l’utilisation, en classe, de l’ordi de l’élève. Il maintient les particularités des PAI comme les aménagements d’examen. Mais il ne permet pas l’affectation d’une AVS, ou d’un ordi fourni par l’éducation nationale. Les moyens financiers seront toujours décidés par la CDAPH et donc, la MDPH et concerneront les PPS.

 

La Fédération a bien rappelé les disparités sur le territoire et la méconnaissance, préjudiciable pour nos enfants, des ERH face à ces dispositifs.

 

En conclusion, le cabinet de la ministre de l’Éducation nationale a promis « d’impulser » l’information vers sa base, ce que nous lui avons fortement conseillé de faire.

0
0
0
s2smodern

Le salon Educatec-Educatice aura lieu les 9, 10 et 11 Mars 2016, Porte de Versailles à Paris

4 grands secteurs clairement définis autour d'un axe pédagogique commun

  • TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION AUDIOVISUEL & EDITION - Maternelle & Primaire & Collège & Lycée
  • & Supérieur
  • RESSOURCES PEDAGOGIQUES - Maternelle & Primaire & Collège & Lycée & Supérieur
  • SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES - Collège & lycée & supérieur
  • SERVICES AU SECTEUR EDUCATIF ET AUX ETABLISSEMENTS SCOLAIRES - Maternelle & Primaire & Collège & Lycée & Supérieur

Avec en autres:

  • des présentations d'outils pour les DYS
  • des présentations de logiciels 

Un représentant de la fédération se rendra au salon en qualité de visiteur.

Voir le programme

SalonEducatec2016

0
0
0
s2smodern

CA de Fédération Dyspraxique Mais Fantastique élu à l'AG du 25 mars 2018

 

Présidente : Marianne DELETANG
Trésorière : Aurélia DUBOS
Secrétaire : Patricia ALMY
Membre : Pascale DENIZARD
Membre : Nadia HUET
Membre : Karen DEMAISON
0
0
0
s2smodern

Communiqué de presse

Pour le droit à l’education, l’association DMF réclame l’application immédiate de la loi 2005 sur le handicap.

L’association Dyspraxique Mais Fantastique lance un cri d’alarme sur la situation intolérable des enfants dyspraxiques.

La DMF mène une campagne nationale pour la reconnaissance à part entière des enfants dyspraxiques dans le champ handicap. La loi n° 2005-102 n’est pas appliquée, et surtout non respectée !

0
0
0
s2smodern

La dyspraxie ou Trouble d’Acquisition de la Coordination touche 4 à 6 % de la population. C’est un handicap invisible.

Maladresse, grandes difficultés dans la manipulation des outils et dans l’écriture, fatigabilité en constituent les signes d’appels principaux. Les conséquences sur la scolarité et l’insertion professionnelle peuvent être importantes. 

Pour toute information sur ce trouble, le parcours diagnostic et les aides à apporter, contactez la Fédération Dyspraxique Mais Fantastique

0
0
0
s2smodern

La dyspraxie ou Trouble d’Acquisition de la Coordination touche 4 à 6 % de la population. C’est un handicap invisible.

Il s’agit d’une anomalie de la planification des gestes qui impacte fortement la scolarité, en particulier l’écriture, la lecture des supports, la géométrie, le dessin, …

Des aménagements de la scolarité doivent être mis en place pour permettre à l’élève d’acquérir les compétences au même rythme que les autres. 

Pour toute information, contactez la Fédération Dyspraxique Mais Fantastique

0
0
0
s2smodern

La dyspraxie ou Trouble d’Acquisition de la Coordination touche 4 à 6 % de la population. C’est un handicap invisible.

Pour les personnes atteintes, la prise en charge par un ergothérapeute permet l’apprentissage de l’utilisation de l’ordinateur et des outils adaptés à chacun (traitement de texte, logiciel de géométrie, …)

Cette prise en charge n’étant pas remboursée par la Sécurité Sociale, la Fédération Dyspraxique Mais Fantastique demande un changement des textes de lois afin de la rendre accessible à tous, sans critères de revenus. 

Plus d’information sur notre site.

0
0
0
s2smodern

La dyspraxie ou Trouble d’Acquisition de la Coordination touche 4 à 6 % de la population. C’est un handicap invisible.

Pour les personnes atteintes, le parcours diagnostic est un parcours de combattant car ce trouble est méconnu des médecins généralistes et des pédiatres.

Quelles spécialités ? Quelles bilans ? Quelles prises en charges ? Comment s’organiser ? Comment les financer ? Comment communiquer avec l’école ? le collège ou l’université ? Puis je échanger avec d’autres familles ? 

La fédération Dyspraxique Mais Fantastique peut vous renseigner.

Contacter ses représentations départementales, rubrique Contact.

0
0
0
s2smodern

La dyspraxie ou Trouble d’Acquisition de la Coordination touche 4 à 6 % de la population. C’est un handicap invisible.

Pour les jeunes dyspraxiques, un dossier auprès de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) peut être indispensable pour la prise en charge financières des rééducations et l’attribution de matériel pédagogique adapté (ordinateur, logiciels, scanner…).

Vous êtes parents et vous vous posez les questions : Comment faire ? Quelles informations transmettre ? Quel est le délai de réponse ? Quels sont les recours en cas de refus ? Puis je échanger avec d’autres familles ?

La fédération Dyspraxique Mais Fantastique peut vous renseigner.

Contacter ses représentations départementales, rubrique Contact.

0
0
0
s2smodern