La Fédération Dyspraxique Mais Fantastique milite pour une communication large sur le handicap en général, sur la dyspraxie et les troubles dys associés (dyslexie, dysorthographie, dyscalculie, dysgraphie, dysphasie, TDA/H) en particulier, de façon à assurer la diffusion des éléments de connaissance sur la dyspraxie et troubles associés auprès de la population mais également des organismes et institutions en charge de l’Éducation, de l’Emploi et de la Formation.

Sans communication large et accessible, les retards de détection et de prise en charge, le déni du handicap invisible, l’handiphobie ne font qu’aggraver la situation de handicap.

0
0
0
s2smodern

En mars 2018, FMDF a été auditionnée par le Conseil scientifique de l’Education Nationale sur les aménagements aux examens pour les dyspraxiques.

0
0
0
s2smodern

En mai 2017, la FDMF a été auditionnée par l'INSERM afin de présenter la dyspraxie.

0
0
0
s2smodern

En mai 2017, FMDF a adressé un courrier à Monsieur et Madame Macron ainsi qu'à Mme Cluzel sur la situation inacceptable des enfants dys.

0
0
0
s2smodern

Communiqué de presse

Pour le droit à l’education, l’association DMF réclame l’application immédiate de la loi 2005 sur le handicap.

L’association Dyspraxique Mais Fantastique lance un cri d’alarme sur la situation intolérable des enfants dyspraxiques.

La DMF mène une campagne nationale pour la reconnaissance à part entière des enfants dyspraxiques dans le champ handicap. La loi n° 2005-102 n’est pas appliquée, et surtout non respectée !

0
0
0
s2smodern

En avril 2017, la FDMF a adressé à un courrier aux différents candidats à la députation sur la situation inacceptable des enfants dys.

0
0
0
s2smodern

La Fédération Dyspraxique Mais Fantastique s'est à nouveau mobilisée pour faire remonter les difficultés des familles adhérentes. 

En effet, en collaboration avec Tous les Dys de France, la fédération a saisi le Défenseur des Droits concernant la discrimination quotidienne subie par les personnes « dys ».

Nous avons étayé notre dossier avec des cas de familles qui ont bien voulu nous faire part de leurs témoignages et nous les en remercions.

0
0
0
s2smodern

TouchePasAMonPPS

Signez la pétition sur change.org!

Dans votre réponse en date du 21 Janvier 2016, au Sénateur Jean-Claude Leroy qui vous alertait sur la situation des enfants atteints de dyspraxie et des familles, qui chaque année doivent recommencer leur parcours du combattant pour obtenir les aides nécessaires, (Question 16196) , vous répondez, entre autres :

« Le jeune atteint de dyspraxie peut, dès lors qu'il présente un taux d'incapacité supérieur à 50 %, sur décision de la CDAPH, bénéficier d'un plan personnalisé de compensation, qui comprend notamment un volet lié à son parcours de scolarisation, le projet personnalisé de scolarisation (PPS). Les prestations et orientations sont décidées par la CDAPH, en fonction de critères spécifiques à chaque prestation et sur la base du projet de la personne, de l'évaluation conduite par l'équipe pluridisciplinaire de la MDPH et de ce plan personnalisé de compensation ».

De même, vous affirmez :

« Enfin, il convient de rappeler que les troubles « dys » ne relèvent pas systématiquement d'une prise en compte dans le cadre d'un plan personnalisé de compensation défini par la CDAPH. Les élèves dont les difficultés scolaires résultent d'un trouble des apprentissages peuvent en effet bénéficier d'un plan d'accompagnement personnalisé, après avis du médecin de l'éducation nationale qui définit les mesures pédagogiques permettant à l'élève de suivre les enseignements prévus au programme correspondant au cycle dans lequel il est scolarisé ».

0
0
0
s2smodern

Merci à la CNSA de nous avoir accueilli lors des journées nationales des coordonateurs MDPH, les 28 et 29 janvier 2016, pour présenter la dyspraxie.

0
0
0
s2smodern